Spleen

LXXVIII - Quand le ciel bas et lourd...

Baudelaire - Les Fleurs du mal




Plan de la fiche sur Spleen - LXXVIII de Charles Baudelaire :
Introduction
Texte du poème Spleen - LXXVIII
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    Splenn LXXVIII, de Charles Baudelaire, est le dernier des quatre Spleen et peut-être le plus terrible, le plus angoissant, délirant, dément.

Charles Baudelaire
Charles Baudelaire


Texte du poème Spleen - LXXVIII


Télécharger Spleen LXXVIII - de Baudelaire en version audio (clic droit - "enregistrer sous...") - Lu par Janico - source : litteratureaudio.com


LXXVIII - Spleen


Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

     Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal



Le cri
Edvard MUNCH, Le cri, 1893.



Annonce des axes

I. La montée de la crise
1. Une lente progression vers l'inexorable
2. Une atmosphère macabre
3. L'image de l'enfermement

II. Le paroxysme de la crise et la défaite de l'esprit en proie au spleen
1. La défaite était prévisible
2. Les hallucinations sonores
3. Dès lors la défaite de l'esprit est consommée



Commentaire littéraire

I. La montée de la crise

1. Une lente progression vers l'inexorable

- Les quatre premiers quatrains développent une seule phrase qui progresse avec trois subordonnées (3 quand) et aboutit à un paroxysme dans la proposition principale.
- L'anaphore, avec le mot "quand" répété 3 fois, rythme cette progression.
- Par ailleurs, les coordinations "et qui" (vers 3-11), les enjambements continuels, tout cela donne l'impression d'un mouvement lent et enchaîné inexorablement.


2. Une atmosphère macabre

- Les impressions que ressent la victime du spleen sont pesantes, douloureuses, de plus en plus malsaines et de plus en plus inquiétantes.
- Le climat est pesant (vers 1), un accent irrégulier tombe sur "pèse".
- Le climat est douloureux (vers 1-16) => les sonorités dominantes sont douloureuses, nasales en "en", sifflantes en "s", l'assonance en "i" est très souvent à la rime.
- L'ensemble ramène à "l'esprit gémissant".
- Le climat est de plus en plus malsain: "jour noir" (vers 4) oxymore inquiétante; la nuit est pire, la terre devient un cachot humide, l'eau se fait pourriture.
- Le climat est de plus en plus menaçant, le poète est hanté par des présences menaçantes, "peuple muet d'infâmes araignées" (vers 11) => son cerveau n'est plus qu'une toile d'araignée.


3. L'image de l'enfermement

- La prison, d'abord extérieure au poète en proie au spleen, finit par être intérieure.
- Le ciel est un couvercle qui enferme l'esprit à la manière d'un cercle .
- La pluie dessine une immense prison, vaste (vers 10) mais extérieure.
- La prison finit par s'installer à l'intérieur de l'homme. De physique, la prison devient psychique; filet dans le cerveau, la météo montre un délire intérieur.

=> Tous ces éléments de plus en plus inquiétants permettent une montée de la crise avant son paroxysme et la défaite finale de l'esprit.


II. Le paroxysme de la crise et la défaite de l'esprit en proie au spleen

1. La défaite était prévisible

- "L'Espérance" avec une majuscule est une allégorie (= notion abstraite personnifiée) dévalorise l'anéantissement.
- L'Espérance est déjà condamnée avant que la crise n'ait atteint son paroxysme.


2. Les hallucinations sonores

- Le paroxysme de la crise se manifeste par des hallucinations sonores, plus violentes, car elle vient après la menace sourde des mouches: sonorités violentes en "que" et en "te" (vers 13-14).
- Les cloches lancent un appel vers le ciel, un hurlement (vers 14). Cet appel au ciel est opiniâtre (= obstiné), c'est un gémissement d'esprit condamné à l'exil, les cloches implorent le ciel de demander pardon.


3. Dès lors la défaite de l'esprit est consommée

- Après les hallucinations sonores, il y a les hallucinations visuelles, "sans tambours ni musique" (vers 17). La défaite s'exprime à travers la vision d'un convoi funéraire interminable marqué par un rythme régulier et solennel.
- L'enjambement étire la vision du défilé, de la défaite de l'esprit, l'angoisse a pris possession de l'esprit en plantant son drapeau noir.
- L'espoir est en contre rejet, l'espoir est hors-jeu.
- Le drapeau noir symbolise soit le drap noir du corbillard, soit le drapeau de pirate.




Conclusion

    Spleen LXXVIII est un poème dramatique qui dépeint la montée de la crise (vers 1 à 12), puis son paroxysme (vers 13 à 16) et la défaite finale (vers 17 à 20), le tout de manière de plus en plus malsaine, démente.

Ici le spleen s'exprime à trois niveaux :
    - le mauvais temps,
    - moral et psychologique,
    - métaphysique (strophe quatre).



Si vous avez aimé cette analyse de Causerie de Charles Baudelaire, vous aimerez aussi les analyses des poèmes suivants :




Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui a réalisé cette analyse de Spleen - LXXVIII de Baudelaire