Elévation

Baudelaire - Les Fleurs du mal




Plan de la fiche sur Elévation de Charles Baudelaire :
Introduction
Texte du poème Elévation
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion




Introduction

    Elévation est le troisième poème de la section "Spleen et Idéal" de Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire, après l'Albatros, qui relate la chute du poète et le malaise qui le prend a vivre chez les hommes du commun, voilà le poème inverse. Le titre est polysémique : l'élévation est l'action de s'élever, le mouvement d'ascension ; le résultat de cette action, la supériorité dans le voce liturgique, le moment de la messe ou le prêtre éleva l'hostie. Ce poème, composé de cinq quatrains d'alexandrins aux rimes embrassées, met en scène le mouvement d'élévation du poète qui vit dans un monde de duel en connaissant une libération permise par le langage poétique.


Charles Baudelaire
Charles Baudelaire



Texte du poème Elévation


Télécharger Elévation - de Baudelaire en version audio (clic droit - "enregistrer sous...") - Lu par Janico - source : litteratureaudio.com

Elévation


Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !


    Charles Baudelaire - Les Fleurs du mal



Annonce des axes

I. Le mouvement d'élévation
II. Un monde duel
III. La libération permise par le langage poétique



Commentaire littéraire

I. Le mouvement d'élévation

- La structure du poème
Les deux premiers quatrains de Elévation forment une phrase avec dans Q1 (quatrain 1) des compléments de lieu qui évoquent la nature terrestre puis la nature céleste (introduites par les locutions "au-dessus" et "par-delà" repesées), et dans Q2 la principale avec adresse à "mon esprit". Les rimes de ces deux quatrains sont importantes : Q1 "vallées" et "mers" représentent le bas tandis que "éthers" et "étoilées" représentent le haut => on note une opposition de sens mais un rapprochement par la rime; Q2: "agilité" et "volupté" représentent l'abstrait tandis que "onde" et "profonde" représentent le concret => renforcement du sens avec l'embrassement des rimes. Q3 continue cette adresse avec une exhortation à poursuivre ce mouvement puis avec les deux derniers quatrains, nous avons une généralisation sur le bonheur du poète dans ce moment: après l'exhortation, c'est la réflexion sur l'envol avec le passage à la deuxième personne du singulier … la troisième.

- L'envol
Champ lexical du mouvement "au-dessus", "par-delà", "meus", "agilité"‚ "sillonnes", "envoie-toi", "va", "air supérieur", "aile vigoureuse" (métonymie), "s'élancé", "vers les cieux", "libre essor", "plane sur la vie".
Cet envol est aussi évoqué par l'allitération du [m] dans Q3 ("miasmes morbides", "comme", "limpides") qui montre la lourdeur du monde terrestre, par l'assonance de [eu] dans Q4 ("brumeuse", "heureux", "peut", "vigoureuse", "lumineux") qui montre la legato acquise par le poète.
  ==> un mouvement progressif qui part de la réalité terrestre et qui s'en éloigne progressivement; la courbe dynamique d'un être qui réussit un arrachement libérateur "loin" des contingences matérielles, de l'ici-bas.


II. Un monde duel

On note une opposition entre le spleen et l'idéal.

SPLEEN / IDÉAL
- Le monde de la matière: "miasmes" / Le monde de l'esprit: "esprit", "indicible"
- Le monde de l'ombre: "bois", "montagnes", "nuages" / Le monde de la clarté: "soleil", "éthers", "onde", "air", "limpides", "lumineux ", "feu clair"
- Le monde du désespoir: "ennuis", "vastes chagrins" / Le monde de l'espoir et du plaisir: "sereins", "heureux", "gaiement", "mâle volupté"
- Le monde de l'impureté: "chargent de leur poids" / Le monde de la pureté: "purifier", "pure et divine", "immensité", "profonde "

      ⇒ Dans l'écartèlement entre le monde terrestre, terrain du spleen et le monde aérien de l'idéal, le poète arrive peu à peu à se libérer des contraintes terrestres pour accéder au bonheur, à montrer son aisance dans la vie ailleurs, et ce, grâce à l'écriture poétique.


III. La libération permise par le langage poétique

- Le rythme poétique au vers 1, le rythme renforce le parallélisme entre les deux parties du vers, construites sur la répétition de la locution "au-dessus", cette répétition met en valeur les différents éléments du vers. De nombreux enjambements marquent l'envol (vers 7-8, vers 15-16, vers 19-20). La diergol du vers 10 (purifier) soutient l'élan et agrandit l'espace.

- Les comparaisons:
Elles ont pour rôle d'appuyer le monde de l'idéal : vers 6 "comme un bon nageur" pour l'esprit ; vers 11 : "comme une pure et divine liqueur" pour le feu; vers 7 : "comme des alouettes" pour les pensées. Ce monde de l'idéal est marqué par les sensations‚ réelles et concrètes : la nage, la boisson et la vue des oiseaux.
Symbole de l'alouette : par sa façon de s'élever très rapidement dans le ciel ou de se laisser brusquement tomber, cet oiseau est un médiateur entre la Terre et le Ciel ; son envol le matin représente la joie manifeste de la vie, l'élan de l'homme vers la joie; c'est un oiseau de bonne augure.

- Une activité spirituelle:
Champ lexical : "mon esprit", "les pensers", "comprend" impératifs dans Q3. L'altitude amplifie l'intelligence du poète, son rapport...
La réalité: il peut alors interpréter tous les symboles, les mystères : "comprend sans effort / Le langage des fleurs et des choses muettes" vers l9-20, retrouver les correspondances et servir de messager parce qu'il est libéré des contraintes terrestres (l'adjectif attribut "heureux" est mis en valeur par l'inversion au vers 15), l'isolement du distique final avec le tiret montre l'allégement du réel au profit de l'immatérialité des signes du langage.




Conclusion

      Apres la chute douloureuse et humiliante de l'Albatros, le poète change de situation et découvre le bonheur du mouvement qui symbolise la vie (après l'immobilisation forcée sur le navire des hommes d'équipage). Ce bonheur est physique et spirituel, le poète est tout-puissant. Le poème Elévation, qui se trouve au début de la section qui a trait à la condition du poète, est une profession de foi. Le mouvement du poème, des mots correspond au mouvement de l'esprit.


Si vous avez aimé cette analyse de Elévation de Charles Baudelaire, vous aimerez aussi les analyses des poèmes suivants :





Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui a réalisé cette analyse de Elévation de Baudelaire