De profundis clamavi

Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal







Plan de la fiche sur De profundis clamavi de Charles Baudelaire :
Introduction
Texte du poème De profundis clamavi
Analyse linéaire du poème
Conclusion


Introduction

    Le poème De profundis clamavi, composé par Baudelaire, se situe au début du recueil Les Fleurs du Mal dans la section Spleen et Idéal. Il s’apparente au Spleen. Le titre signifie « j’ai crié des profondeurs » est celui d’un psaume d’espérance de la Bible. Le poète en a fait un chant de désespoir.


Thèmes abordés :
        - La mélancolie
        - L’ennui et le vide, la fuite du temps
        - Un tableau du Spleen


Texte du poème De profundis clamavi


Télécharger De profundis clamavi en version audio (clic droit - "enregistrer sous...") - Lu par Thibaut Giraud - source : litteratureaudio.com

XXX - De profundis clamavi

J'implore ta pitié, Toi, l'unique que j'aime,
Du fond du gouffre obscur où mon cœur est tombé.
C'est un univers morne à l'horizon plombé,
Où nagent dans la nuit l'horreur et le blasphème ;

Un soleil sans chaleur plane au-dessus six mois,
Et les six autres mois la nuit couvre la terre ;
C'est un pays plus nu que la terre polaire
- Ni bêtes, ni ruisseaux, ni verdure, ni bois !

Or il n'est pas d'horreur au monde qui surpasse
La froide cruauté de ce soleil de glace
Et cette immense nuit semblable au vieux Chaos ;

Je jalouse le sort des plus vils animaux
Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide,
Tant l'écheveau du temps lentement se dévide !


     Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal



Le cri
Edvard Munch, Le cri, 1893.



Analyse linéaire du poème

     Il s’agit d’un sonnet irrégulier d’heptasyllabes aux rimes embrassées pour les quatrains et plates pour les tercets. Les rimes sont suffisantes (tombés, plombés) et pauvres (mois, bois). L’alternance des rimes féminines et masculines est respectée.


Le ton est mélancolique. Le présent est un présent intemporel.

1er quatrain :

Le vers 1 est une prière adressée à un « Toi » inconnu. Ce « Toi » est mis en évidence à l’hémistiche et est entouré de virgules. La majuscule montre que la personne à qui il fait référence est sacrée. Mais le lecteur ignore qui c’est.
La prière retombe au vers 2 => « gouffre obscur » « tombé ». Le point insiste sur cette chute.
Aux vers 3 et 4, le poète commence à décrire l’univers dans lequel il est tombé. Cette description continue dans le quatrain suivant.
Au vers 3, « l’horizon plombé » stoppe tout espoir de fuite ou d’élévation. On ressent également que c’est un univers sombre.
Au vers 4, renforce le lieu sombre par « nuit », en parallèle avec « gouffre obscur » (vers 2).


2ème quatrain :

Ce quatrain est entièrement consacré à la description de l’univers où se trouve le poète. C’est un véritable tableau du Spleen.
Il insiste à nouveau sur l’obscurité du lieu où il se trouve par l’anaphore du mot « nuit » (vers 6 et 11). Dans cet univers, le jour dure 6 mois sans apporter de chaleur et la nuit dure 6 mois également.
De plus, il s’agit d’un lieu froid => « soleil sans chaleur » (vers 5) ; « terre polaire » (vers 7) ; « soleil de glace » (oxymore) (vers 10). On peut observer une gradation dans les termes.
Aux vers 7 et 8, on ressent le vide de ce lieu => « nu » (vers 7) ; anaphore du « ni » au vers 8 qui insiste sur ce manque. Ce vide était déjà annoncé au vers 2 par « gouffre » et au vers 3 par « morne » => Gradation.
Au vers 8, on sent aussi le manque de vie.
=> Normalement les descriptions s’ajoutent les unes aux autres alors qu’ici tout s’annule.


1er tercet :

Le « Or » introduit une notion d’espoir de changement mais ce n’est pas le cas. N’a pas de valeur argumentative.
Ce monde horrible est à nouveau souligné par l’anaphore « horreur » au vers 9.
Enjambement vers 9-10 souligne fuite du temps.
Vers 10 : froideur
Vers 11 : obscurité.
Il y a une redondance dans les termes descriptifs employés qui souligne l’ennui et le vide. Le poème n’obéit pas à une progression


2ème tercet :

Le poète fait allusion à la mort dans ce tercet. La mort semble être la seule issue possible.
Vers 14 chute mélancolique du poète. Souffrance due à l’ennui et à la lenteur du temps qui s’écoule. « l’écheveau du temps » est une métaphore qui fait allusion aux trois sœurs Parques gardienne du temps et le mort qui déroulaient le fil de la vie.
Le fait que le poème se termine sur le terme « dévide » n’est pas anodin. C’est un mot circulaire DE-vi-DE et l’on entend le mot vide. Cette circularité représente l’enfermement du poète. Cette métaphore est filée avec l’enjambement des vers 9-10 => prolongement du temps.


Les rimes plates des tercets soulignent l’ennui et le vide.

On constate tout au long du poème un appauvrissement des sonorités. Dans les quatrains, les sonorités se répètent et se diffusent dans le poème : « unique » (vers 1) à « univers » (vers 3) à « nuit » (vers 4) à « nuit » (vers 6) à « nu » (vers 7) à « ni » (vers 8). Diffusion mais appauvrissement.




Conclusion

      Le paysage décrit par Baudelaire dans De profundis clamavi pourrait être celui de Saturne, planète vue comme étant la plus lente du Système Solaire. De plus, dans la tradition littéraire, les poètes tourmentés étaient, disait-on, nés sous le signe de Saturne.





Si vous avez aimé cette analyse de De profundis clamavi de Charles Baudelaire, vous aimerez aussi les analyses des poèmes suivants :




Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Emilie pour cette analyse de De profundis clamavi de Charles Baudelaire