Voyelles

Rimbaud - Poésies









Introduction

    Voyelles, un des plus célèbres poèmes d'Arthur Rimbaud, est extrait du recueil Poésies. Le poème Voyelles est paru en 1883, mais a été écrit en 1872.
    Ce sonnet en alexandrins a fait l'objet de multiples et diverses interprétations, car c'est le plus énigmatique poème de Rimbaud.


Texte du poème Voyelles de Rimbaud

Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! -

     Arthur Rimbaud - Poésies


Voyelles - Rimbaud
Manuscrit par Rimbaud du poème Voyelles, musée Rimbaud, Charleville-Mézières


Lecture du poème



Annonce des axes

I. Des associations avec les voyelles
1. Associations voyelle / couleur
2. Associations voyelle / sensations
3. Associations voyelle / forme

II. Le poète, créateur voyant
1. Les naissances latentes
2. L'alpha et l'oméga
3. Le poète voyant

III. Hypothèse sur la signification du poème voyelles
1. Les étapes correspondant aux voyelles
2. Le portrait d'une femme



Commentaire littéraire

I. Des associations avec les voyelles

Chaque voyelle fait émerger des couleurs, des sensations, des images.

1. Associations voyelle / couleur

Au vers 1 du poème, Rimbaud fait correspondre une couleur à chaque voyelle. Ces couleurs n'ont a priori aucun lien avec la voyelle associée.

Ces couleurs se retrouvent dans la suite du poème, de façon plus ou moins concrète :
- A noir : " noir corset", "mouches". A noter, le rejet de "Golfes d'ombre" au vers 5, qui semble vouloir empiéter sur le blanc.
- E blanc : le blanc est la couleur de l'innocence -> "candeur". "vapeurs" qui renvoie également plutôt l'image du blanc. "Ombelle" (définition : inflorescence avec des fleurs de la forme d'un parasol) -> les fleurs en ombelle sont souvent blanches.
- I rouge : "pourpres", "sang", "lèvres", "colère".
- U vert : "virides" = vert bleuté et transparent. Allitération en [v] (vers 9) qui fait écho à la couleur verte.
- O bleu : "suprême Clairon", "Anges"-> renvoie au divin qui est associé à la couleur bleue. "violet".


2. Associations voyelle / sensations

Rimbaud fait correspondre des sensations aux voyelles :
- toucher "velu",
- odeur "puanteurs",
- sensations corporelles : "frisson",
- vue : champ lexical de la lumière "éclatantes", "rayon",
- ouïe : néologisme "bombinent" d'après le verbe latin "bombino", bourdonner. "Clairon", "strideurs" (néologisme).
Le poème recèle également de nombreuses allitérations et assonances (exemple : assonance en [i] au vers 9).


3. Associations voyelle / forme

A : rappelle la forme de la mouche
O : rappelle l'ouverture du pavillon du clairon, ou une bouche ouverte qui crierait comme un clairon.

-> Voir aussi : le poème Correspondances, de Baudelaire


II. Le poète, créateur voyant

1. Les naissances latentes

Au vers 2, Rimbaud se propose de dire "quelque jour vos naissances latentes", en s'adressant aux voyelles (interpellation "voyelles", "je", "vos") -> personnification des voyelles.
Ce vers a fait l'objet de nombreuses interprétation, on peut imaginer que Rimbaud parle ici de ses futurs créations poétiques.
Le futur "Je dirai" indique que Rimbaud sera le futur créateur.


2. L'alpha et l'oméga

Inversion entre le O et le U dans l'ordre des voyelles (A, E, I, U, O dans le poème au lieu de A, E, I, O, U) afin de placer la lettre O en dernier. Rimbaud rappelle la correspondance entre la voyelle O et "l'Oméga", la dernière lettre de l'alphabet grec. L'article défini devant "Oméga" et sa majuscule mettent en valeur ce mot.
Le poème commence donc par la lettre A (= alpha), et se termine sur oméga : le poème est un tout qui se suffit à lui-même.

La voyelle O est isolé du reste du poème par le tiret au début du dernier vers.


3. Le poète voyant

Le poème termine sur la couleur violète, qui est le mélange du rouge (voyelle I) et du bleu (voyelle O) : synthèse, et vision du poète au-delà des apparences puisqu'il voit une nouvelle couleur par rapport à celles énoncées dans le premier vers. Le violet qui termine le poème est également la dernière couleur du spectre lumineux.

"Ses Yeux" : mise en valeur par les 2 majuscules. Il n'est pas explicité clairement à qui appartiennent ces yeux dans le poème : à Dieu ? à une femme ? au poète ?

Pour le poète voyant, les yeux symbolisent l'acuité visuelle dont le poète fait preuve dans son étude des voyelles.

-> Voir aussi : La lettre du voyant, de Rimbaud


III. Hypothèses sur la signification du poème voyelles

1. Les étapes correspondant aux voyelles

Une interprétation du poème serait que les voyelles symbolisent des étapes de la vie

A : décomposition, mort. Le noir symbolise le néant d'où va émerger la lumière, le blanc qui contient toutes les couleurs.
E : naissance, enfance ("candeur" qui fait penser à l'innocence des enfants).
I : âge adulte "colère", ivresse". Allitération en [r] aux vers 7 et 8 qui suggère la violence et la dureté.
U : sagesse "paix", vieillesse "rides"
O : atteinte d'un idéal ("suprême", "Anges", "oméga").

La première voyelle "A" peut faire penser à une exclamation de dégoût, alors que la dernière voyelle "O" peut faire penser à une exclamation d'extase.
-> évolution positive du poème.

De même on voit cette évolution dans le vocabulaire utilisé : péjoratif pour A ("velu", "mouches", "puanteurs cruelles") et élogieux pour O ("suprême", "anges").


2. Le portrait d'une femme

Une autre interprétation du poème serait que les voyelles dressent le portrait d'une femme :
A : "corset velu". La forme de la lettre A peut rappeler le pubis d'une femme.
E : blancheur du teint.
I : lèvres rouges.
U : front.
O : yeux bleus-violets. La forme de la lettre oméga en minuscule rappelle également la poitrine d'une femme.




Conclusion

Le poème Voyelles de Rimbaud est un poème moderne dans lequel l'auteur considère les voyelles et les mots comme de simples objets, mais desquels peuvent sortir de nombreuses idées pourtant sans lien évident avec la voyelle a évoqué ces idées.

Pour aller plus loin : intéressante théorie sur le poème : http://www.mag4.net/Rimbaud/poesies/Voyelles.html



Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui a réalisé cette analyse de Voyelles, de Rimbaud