UNE VIE - Maupassant

Tante Lison



I. Portrait

C'est la sœur de la baronne.
Célibataire, pas jolie, vieille fille (chapitre 11 : "restée fanée dès l'âge de 25 ans") Très émotive, n'a jamais reçu d'affection ; elle est très émue face aux marques d'affection adressées aux personnes de son entourage : Jeanne et Julien (chapitre 4 : "N'avez-vous point froid à vos petits pieds ?" ; "Tante Lison se mit à pleurer par gros sanglots car on ne lui avait jamais dit ces choses-là") mais aussi Paul (chapitre 11 : "Tante Lison en voulait au chien de prendre une si grande part de l'affection du petit [...] de l'affection qu'elle aurait tant désirée".
Très religieuse, très pieuse, ne comprend pas qu'on puisse ne pas aller à l'église ; parle de Dieu à Paul lorsqu'ils sont seuls.
Malheureuse : tentative de suicide à 20 ans "poursuivie par l'idée qu'elle gênait tout le monde, qu'elle était inutile et importune".


II. Inexistence

"Quelque chose comme une ombre, un objet familier, un meuble vivant qu'on est accoutumé à voir tous les jours mais dont on ne s'inquiète jamais" ; "elle n'avait jamais compté pour rien dans la famille" ; "on ne l'embrassait guère"
Familiarité/mépris "c'est un de ces êtres qui ne savent ni entrer dans l'existence ni dans les habitudes, ni dans l'amour de ceux qui vivent à côté d'eux".
Sa tentative de suicide ratée est considérée comme un "coup de tête".
Elle s'est isolée toute seule : dès sa jeunesse, lorsque la baronne lui propose de la garder, elle refuse et va s'enfermer dans une maison religieuse. Inconnue de ses proches, sa présence et ses larmes sont vite oubliées.
POURTANT : seule invitée au mariage de Jeanne ; à la mort de petite mère elle joue en quelque sorte le rôle de seconde mère pour Jeanne ; c'est la marraine de Paul ; Jeanne la regrettera "Jeanne, chaque nuit, rêvait qu'elle habitait aux Peuples. Elle s'y retrouvait comme autrefois avec père et petite mère, et parfois même avec tante Lison".


III. Présence

Personnage à la fois discret et très présent aux moments les plus importants du roman :
- nombreux cadeaux pour le mariage : "elle s'occupa du trousseau avec une énergie singulière, une activité fiévreuse"
- maladie de Jeanne qui suit la découverte de l'infidélité de son époux
- période de la grossesse et de l'accouchement de Jeanne
- baptême de Paul
- enterrement de petite mère, enterrement de Julien
- éducation de Paul.
Elle représente la religion : pensionnaire dans un couvent, très pieuse, seule à aller à la messe, se charge de l'éducation religieuse de Paul.


Conclusion

Tempérament romanesque, être faible et malheureux
Religion = refuge
Toujours présente aux moments importants
Représentation de Jeanne ?





Retourner au choix des sujets de réflexion !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français !


Merci à Cécile : didi.bidi@radionaze.com qui m'a envoyé cette fiche...