Les Lettres Persanes

Montesquieu


    Les Lettres persanes, œuvre épistolaire de Montesquieu publiée en 1721, racontent le voyage à Paris de deux Persans, Usbek et Rica. Leur séjour, qui dure huit années, est pour eux l'occasion d'observer la société et le mode de vie des Français, leurs coutumes, leurs traditions religieuses ou politiques, et d'en faire le rapport à leurs interlocuteurs restés en Perse. Il faudra alors étudier les caractéristiques propres au roman épistolaire, l'aspect critique de l'œuvre, en dernier lieu, on pourra se demander pourquoi Montesquieu passe pour un philosophe du "Siècle des Lumières".


I Un journal de voyage

    Entièrement composées de lettres, Les Lettres persanes ne peuvent cependant pas être qualifiées de roman épistolaire. En effet, il serait impossible de reconstituer un schéma narratif complètement inexistant, si on excepte la fin de l'œuvre et les intrigues dans le sérail d'Usbek. C'est en fait un journal de voyage, un compte rendu de visite tenu par deux épistoliers, Rica et Usbek, et enrichi par les lettres de nombreux autres épistoliers: c'est pour cela que l'on peut parler de lettres polyphoniques.


1) Destinateurs et destinataires

  • Usbek et Rica

    Malgré leur culture commune, on remarquera des différences essentielles dans leur personnalité.
    La raison du départ d'Usbek en France est clairement énoncée. En effet, ayant combattu la corruption à sa cour, il s'est fait de nombreux ennemis et a décidé de partir en fuite, ses détracteurs complotant contre lui. Usbek est musulman, et en tant que sultan, il est propriétaire d'un sérail qui renferme les "plus belles femmes de Perse". Il entretient donc une correspondance régulière avec les eunuques chargés de les surveiller. C'est en fait un mari assez tyrannique qui usera de son pouvoir particulièrement dans la fin du roman où il se fera despotique ce qui entraînera sa chute. C'est ainsi que la dernière lettre de son séjour à Paris revêt des accents de pathétique.
    Rica, d'origine plus modeste, est complètement différent d'Usbek. En partant pour Paris, il n'a donc rien à perdre. Rica est dynamique; Usbek, dans la lettre 27 le confirmera d'ailleurs: "Rica jouit d'une santé parfaite: la force de sa constitution, sa jeunesse et sa gaieté naturelle le mettent au dessus de toute épreuve". Son voyage à Paris est une sorte de voyage initiatique dont il sortira complètement enjoué: "Il semble qu'il ait oublié sa patrie [...] ingratitude de la jeunesse parvenue au terme de son initiation!" dira Usbek (cf. lettre 155).

  • Les autres épistoliers

    Ibben est négociant à Smyrne, c'est un ami d'Usbek très curieux de connaître les mœurs des Français.
    Rhédi est un jeune neveu d'Ibben. Il écrit de Venise et devient rapidement l'interlocuteur privilégié d'Usbek dès qu'il faut aborder de grandes questions philosophiques.
    Mirza, Rustan ou encore Nessir sont des membres de la noblesse persane "éclairée".
    Zachi et Zélis sont quelques unes des femmes d'Usbek. Alors que Zachi se veut plutôt sensuelle, Zélis s'interroge sur la condition féminine. Roxanne pour sa part feint être vertueuse mais se révèle infidèle en cachant un jeune amant. Elle se suicidera à la fin du roman en clamant sa liberté.
    Enfin, les eunuques, sont les gardiens noirs au blancs des femmes du sérail et se révéleront, sous les ordres d'Usbek, despotiques, en fin d'ouvrage.

2) La chronologie des Lettres persanes

   En en-tête de chaque lettre, la date et le lieu de rédaction sont indiqués ce qui permet de retracer avec précision l'odyssée de Rica et Usbek.
   Partis d'Ispahan en mars 1711, Usbek et Rica arrivent donc à Paris au mois de mai 1712, après avoir fait halte successivement à Com, Erzeron, Smyrne, Livourne, Marseille.
   On remarquera que les noms de lieux géographiques sont véridiques. Montesquieu établit donc un pacte de véracité avec son lecteur européen d'autant plus que la durée des trajets est vraisemblable vu les moyens de transport de l'époque.

3) Un roman oriental

    La dimension orientale des Lettres persanes s'inscrit dans une mode pour l'exotisme, avec en 1717, la publication des Mille et Une Nuits par Antoine Galland. De ce fait, le roman abonde en notations pittoresques, comme par exemple, les dates, référées au calendrier musulman, ou encore la lutte des eunuques pour le pouvoir. En fait, le choix de Montesquieu pour cette forme s'inscrit dans une stratégie de séduction du lecteur avec des lettres orientales assez plaisantes et faciles à lire mais surtout, faussement candides.


II L'aspect critique

1) Biographie de Montesquieu

   Montesquieu est né le 18 janvier 1689. Il entreprend des études de droits à Bordeaux puis Paris; ses parents le destinent alors à une carrière de parlementaire.
   Dans la capitale, il rencontre les milieux savants et lettrés, mais, très attaché à sa terre et à sa région, il revint à Bordeaux, où, devenu noble de robe, il prend la charge de conseiller au parlement. En 1716, son oncle lui légua sa charge de président à mortier au parlement de Bordeaux. Il faut savoir que les magistrats qui composent cette assemblée échappent à la nomination et à la révocation royale: c'est donc une force de résistance à la monarchie absolue.
   En 1715, il épouse Jeanne de Lartigue, protestante: cette union démontre une grande ouverture d'esprit de la part du couple, sachant que l'Edit de Nantes qui accordait la liberté de culte aux protestants a été révoqué en 1685 par Louis XIV.
   De 1728 à 1731, il se rend en Hongrie, en Italie, en Hollande, en Angleterre, où il demeure plus d'un an. Tous ces voyages sont le prétexte d'une observation de la géographie, de l'économie, des mœurs et des coutumes politiques dans les pays européens.
   De retour chez lui, Montesquieu se consacra à l'étude de l'histoire et pendant encore quatorze années, il compose et remanie l'œuvre de toute sa vie. De l'esprit des lois qui paraitra en 1748.
   Il meurt en 1755.

2) Domaines d'action de la critique

  • La vie sociale

    La critique de la vie sociale est directement exprimée par Rica qui dira, s'étant rendu à la comédie française: "tout le peuple s'assemble sur la fin de l'après-midi et va jouer une espèce de scène". En fait, Montesquieu pense que la société française se donne en spectacle à elle-même et on peut supposer qu'il dénonce le ridicule de la vie mondaine.
    Cette critique se retrouve jusque dans le milieu intellectuel et lettré avec par exemple l'allusion à la querelle des Anciens et des Modernes avec, il faut le noter, une fonction référentielle très poussée. De plus, la lettre 66, dénigre les auteurs de plagia lorsque Rica énonce: "De tous les auteurs, il n'y en a point que je méprise plus que les compilateurs, qui vont de tous les côtés chercher des lambeaux des ouvrages des autres qu'ils plaquent dans les leurs comme des pièces de gazon dans un parterre".
    L'orgueil et la vanité sont également montrés du doigt toujours à travers les réflexions de Rica notamment en lettre 50: "Je vois de tous côtés des gens qui parlent sans cesse d'eux-mêmes; leurs conversations sont un miroir qui présente toujours leur impertinente figure". On citera également, l'anecdote en lettre 52 où Rica raconte la médisance des quatre femmes de vingt, quarante, soixante et quatre-vingts ans tout en mettant en avant la coquetterie des femmes.

  • La politique

    La principale source de critique politique est bien sûr le roi, c'est dire Louis XIV. Usbek trace un portrait de lui peu flatteur: à la fois avare et dépensier, lucide et aveugle mais surtout absolu, distribuant des récompenses ou blâmant de façon aléatoire. De plus Usbek refuse le despotisme et critique la monarchie de droit divin qui met en place un roi tel "un soleil qui porte partout la chaleur et la vie" en mettant Dieu au centre des affaires politiques.
    Montesquieu dénonce aussi l'esclavage. C'est dans la lettre 118 par Usbek que cette critique se fait la plus acerbe: "Quant aux côtes de Guinée, elles doivent être sérieusement dégarnies depuis deux cents ans que les petits rois [...] vendent leurs sujets aux princes de l'Europe" en ajoutant: "Il n'y a rien se si extravagant que de faire périr un nombre innombrable d'hommes pour tirer du fond de la terre l'or et l'argent".

  • La religion

    La principale critique faite à la religion est son obscurantisme comme en témoigne le dialogue entre Usbek et un dervis: "Ne voyez-vous pas que le Saint Esprit nous éclaire? Cela est heureux car de la manière dont vous en avez parlé je reconnais que vous avez un grand besoin d'être éclairé".
    En outre, Montesquieu se veut démographe en dénonçant le célibat des prêtres et en finissant, en lettre 117 par les qualifier de "gens avares qui prennent toujours et ne rendent jamais".
    Mais surtout, Montesquieu condamne l'intolérance religieuse dont il regrette les conséquences violentes. Aussi, il le fera comprendre, par l'intermédiaire d'Usbek dès la lettre 85: "Ce n'est point la multiplicité des religions qui a produit les guerres, c'est l'esprit d'intolérance de celle qui se croyait la dominante".

3) Les moyens de la satire

    En connaissance de la censure qui s'exerçait à l'époque, Montesquieu était en droit de prendre quelques précautions lui permettant de critiquer ouvertement le 18ème siècle.

  • L'anonymat

    D'une part, Montesquieu a préféré publier son roman à Amsterdam sans nom d'auteur.
    D'autre part, on remarque la suppression des noms et leur remplacement par des périphrases du type: "le chef des chrétiens" pour désigner le pape ou encore "le prince" pour désigner Louis XIV.

  • Un regard étranger et une mise à distance

    Le fait que deux persans voyageant en France portent un jugement sur la société française participe de la fausse naïveté du roman avec le pittoresque de l'Orient.
    Voltaire reprendra le même procédé vingt ans plus tard avec Zadig ou Candide.

  • Le duo Usbek-Rica

    Chaque épistolier possède son ton, sa personnalité permettant alors au lecteur de choisir quel regard il préfère, les deux personnages se partageant la critique.


III Montesquieu, philosophe éclairé

   Comme tout philosophe caractéristique du 18ème siècle, Montesquieu proposera sa société idéale, une société aux valeurs morales prépondérantes et soumise à un nouveau mode de fonctionnement politique.

1) L'éloge des valeurs morales

  • La liberté

    Dans les Lettres persanes, l'éloge de la liberté est incarnée par un seul personnage, Roxanne, une des femmes d'Usbek qui en révolte contre le despotisme de son maître et contre le statut de "femme-objet" préférera se donner la mort.

  • La raison

    La raison est une composante essentielle de la philosophie de Montesquieu. Dans la lettre 97, Montesquieu explique que grâce à elle: "les hommes ont débrouillé le chaos et ont expliqué par une mécanique simple l'ordre de l'architecture divine". De plus, toujours dans la même lettre, "la raison a permis la découverte de cinq ou six vérités".

  • La recherche du bonheur

    La question est posée par Mirza dans la lettre 10: "Hier on mit en question si les hommes étaient heureux par les plaisirs et les satisfactions des sens, ou par la pratique de la vertu".
    C'est la fable des Troglodytes qui continue sur le sujet. Le Troglodytes se réjouissent du travail productif, de l'amitié et de la famille, ils vivent en harmonie avec la nature et les dieux: "ils travaillaient avec une sollicitude commune pour l'intérêt commun; ils n'avaient de différends que ceux qu'une douce et tendre amitié faisaient naître [...] ils menaient une vie heureuse et tranquille".

2) Un idéal politique

  • L'idéal parlementaire anglais.

    Au cours du roman, Montesquieu passe en revue différents types de pouvoirs.
    La monarchie est selon Usbek "un état violent qui dégénère toujours en despotisme". (cf. lettre 131)
    Montesquieu parlementaire prône une séparation des pouvoirs et le type de régime qui s'en rapproche le plus semble être la monarchie parlementaire des Anglais d'autant plus que Montesquieu avait passé plus d'un an et demi en Angleterre à comparer les lois, les institutions à celles de France.

  • Un idéal de justice.

    L'idéal de justice pour Montesquieu est une justice indépendante qui ne serait pas divine: "Quand il n'y aurait pas de Dieu nous devrions toujours aimer la justice". Selon Montesquieu, la justice est "éternelle et ne dépend point des conventions humaines" (cf. lettre 83).




    Pour conclure, il faut souligner qu'à la parution de l'ouvrage, Montesquieu sera accueilli dans tous les salons et clubs parisiens où l'on prépare l'esprit de la révolution, et ce malgré sa précaution de faire paraître anonymement son œuvre. En 1728, il sera élu à l'Académie Française.





Retourner à la page sur l'oral du bac de français !
Retourner à la page sur les Lettres persanes !


Merci à Benjamin qui m'a envoyé cette fiche...