Germinal

Emile Zola

Cinquième partie, chapitre 5

De "Les femmes avaient paru..." à "...par cette belle horreur."





Plan de la fiche sur le chapitre 5 de la cinquième partie de Germinal de Zola :
Introduction
Lecture du texte
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    Zola fait partie de l’école naturaliste. Il est séduit par la thèse selon laquelle les comportements humains dépendent de l’hérédité et de l’influence du milieu. Il décide de prouver cette hypothèse en écrivant des romans naturalistes. Les plus importants sont ceux que contient le cycle des Rougon Macquart. L’histoire d’une famille qui est poursuivie de tares telles que l’alcoolisme ou l’adultère.

    Germinal raconte les périples d’un des derniers enfants de cette famille, Etienne Lantier, grâce à qui on découvre l’univers cruel des mineurs. Ces derniers, dans ce cinquième chapitre de la cinquième partie, sont en grève depuis six semaines. Ils vont alors de fosses en fosses pour attaquer ceux qui travaillent encore. Des bourgeois surpris par ce défilé d’enragés se cachent dans une grange. C’est par le témoignage de ces bourgeois que ce défilé nous est décrit.

Germinal - Zola



Lecture du texte


Télécharger l'extrait étudié du chapitre 5 de la cinquième partie de Germinal de Zola en version audio (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par Pomme - source : litteratureaudio.com


    Les femmes avaient paru, près d'un millier de femmes, aux cheveux épars, dépeignés par la course, aux guenilles montrant la peau nue, des nudités de femelles lasses d'enfanter des meurt-de-faim. Quelques-unes tenaient leur petit entre les bras, le soulevaient, l'agitaient, ainsi qu'un drapeau de deuil et de vengeance. D'autres, plus jeunes, avec des gorges gonflées de guerrières, brandissaient des bâtons; tandis que les vieilles, affreuses, hurlaient si fort, que les cordes de leurs cous décharnés semblaient se rompre. Et les hommes déboulèrent ensuite, deux mille furieux, des galibots, des haveurs, des raccommodeurs, une masse compacte qui roulait d'un seul bloc, serrée, confondue, au point qu'on ne distinguait ni les culottes déteintes, ni les tricots de laine en loques, effacés dans la même uniformité terreuse. Les yeux brûlaient, on voyait seulement les trous des bouches noires, chantant la Marseillaise, dont les strophes se perdaient en un mugissement confus, accompagné par le claquement des sabots sur la terre dure. Au-dessus des têtes, parmi le hérissement des barres de fer, une hache passa, portée toute droite ; et cette hache unique, qui était comme l'étendard de la bande avait, dans le ciel clair, le profil aigu d'un couperet de guillotine.

    - Quels visages atroces ! balbutia Mme Hennebeau.

    Négrel dit entre ses dents :

    Le diable m'emporte si j'en reconnais un seul ! D'où sortent-ils donc, ces bandits-là ?

    Et, en effet, la colère, la faim, ces deux mois de souffrance et cette débandade enragée au travers des fosses, avaient allongé en mâchoires de bêtes fauves les faces placides des houilleurs de Montsou. A ce moment, le soleil se couchait, les derniers rayons, d'un pourpre sombre, ensanglantaient la plaine. Alors, la route sembla charrier du sang, les femmes, les hommes continuaient à galoper, saignants comme des bouchers en pleine tuerie.

    - Oh ! superbe ! dirent à demi-voix Lucie et Jeanne, remuées dans leur goût d'artistes par cette belle horreur.

Germinal - Emile Zola - Extrait de la cinquième partie, chapitre 5




Annonce des axes

I. L’arrivée des femmes
1. Une impression de multitude
2. Quelques traits caractéristiques
3. Du plan général au plan restreint

II. L’arrivée des hommes
1. Une impression de multitude
2. La foule, un être vivant
3. La Hache, un élément symbolique

III. La transfiguration
1. Des bourgeois spectateurs
2. La métamorphose bestiale
3. L’exultation



Commentaire littéraire

I. L’arrivée des femmes

1. Une impression de multitude

Elles arrivent d’un seul coup "Les femmes avaient paru" et sont très nombreuses car femmes est répété deux fois et l’adjectif numéral près d’un millier le confirme. Pourquoi apparaissent-elles en premier ? Elles sont toutes concernées par la grève, elles sont affamées, tout comme leurs maris, et se sont elles qui les poussent à faire la grève. De plus c’est un point stratégique : On hésitera plus à tirer sur des femmes.


2. Quelques traits caractéristiques

On voit aux caractéristiques physiques des femmes que la misère leur à fait perdre leur pudeur. En effet leurs cheveux sont en désordre, or d’habitude on les attache et on les cache par un bonnet. On insiste sur leur nudité avec le chiasme : "des femmes montrant leur peau nue, des nudités de femmes." Elles sont ainsi animalisées, la misère les déshumanise. On a aussi un glissement de focalisation car c’est Zola qui s’exclame "lasse d’enfanter des meurt de faim", on a une antithèse entre enfanter et meurt de faim. Cela signifie qu’à peine nés, ils sont déjà condamnés. La sonorité en "f" et en "m" associe les femmes et les enfants.


3. Du plan général au plan restreint

On distingue trois groupes de femmes : "quelques-unes", "d’autres", "tandis que". Le premier est constitué de femmes matures qui tiennent les enfants. Il y a d’ailleurs une gradation des verbes "tenait, soulevait, agitait" ce qui symbolise l’intensification de la colère. Les enfants sont comparés à un drapeau de deuil et de vengeance. Ce qui symbolise à la fois l’espoir, peut-être qu’ils ne connaîtront pas la misère et la tragédie, ou bien ils sont tous condamnés. Pour introduire le second groupe, les jeunes, Zola utilise le mythe des amazones ; "les gorges gonflées de guerrières" ce qui traduit leur violence, qui est mis en évidence par les allitérations gutturales et l’allitération en b "brandissait leur bâton" ; Les vielles aussi sont violentes, les cordes de leur cou ressortent tellement qu'elles hurlent. Ce groupe de femmes nous fait penser à l’allégorie de la Marseillaise de Rude, habillées en guerrière elles semblent hurler la colère et la douleur. Enfin on observe une généralisation, il n’y a plus d’individu.

Si la description du groupe des femmes ressemble à un zoom qui part de la masse pour arriver à un cas particulier, l’arrivée des hommes est tout à fait parallèle.


II. L’arrivée des hommes

1. Une impression de multitude

Alors que la masse des femmes nous paraissait abondante, celle des hommes est encore pire car il y en a deux milles soit deux fois plus que de femmes. L’expression "déboulèrent" signifie qu’ils arrivent d’un seul coup, avec la vitesse d’une mer galopante ; la phrase est construite de telle façon qu'on ait l’impression de succession qui n’en finit pas. On retrouve des liens avec les femmes comme les synonymes loques et guenilles, ou par la déshumanisation, tout d’abord minéral "bloc compact" ainsi qu’un rocher, "déboulèrent" qui roule. Et animal : "mugissement et sabot", mit en évidence par le jeu des allitérations en qu : "confondu. Qu’on ne distinguait que... les culottes des tricot".


2. La foule, un être vivant

Les hommes ne sont plus qu’un seul bloc. Ils n’ont plus d’individualité, ce sont juste des gens qui appartiennent à la mine. Leur description se limite aux yeux qui ont tous la même expression et aux bouches. Il y a des milliers de bouches mais qu’un seul chant : La Marseillaise. Le champ lexical de l’uniformité : "masse compacte", "d’un seul bloc", "confondue", "uniformité". La foule devient un personnage.


3. La Hache, un élément symbolique

On ne se focalise plus que sur ce détail, la hache qui symbolise la mort et la coupure. Elle devient sujet, cet objet remplace l’homme. Il y a un contraste entre les hommes et les femmes. Car elles tiennent la vie, l’enfant, alors que les hommes tiennent la mort. On peut faire cette symétrie car drapeau et étendard veulent désigner la même chose. Enfin, Zola veut superposer les images de la révolution sur cette grève, avec la Marseillaise et la guillotine. Cette guillotine tue les aristocrates, il veut donner l’impression que la grève des mineurs a autant d’impact que la révolution. Pour faire trembler les bourgeois.

On assiste alors à la naissance d’un seul être qui sera prêt, tout comme les révolutionnaires, à tuer et exécuter la classe sociale supérieure. Mais jusqu’où peut aller la transformation de cette masse et de ses ambitions ?

III. La transfiguration

1. Des bourgeois spectateurs

Ils ont une double fonction. Tout d’abord dramatique. Il y a un contraste avec le mouvement des mineurs et l’immobilité des bourgeois. Il y a le vocabulaire du langage, qui prouve qu’il ne peuvent à peine parler tant ils ont peur : "balbutier", "dit entre ses dents". Puis une fonction dramaturgique, car leur interruption rappelle que se sont des bourgeois qui observent et ils préparent à la transfiguration des mineurs, car ils utilisent le mot "atroce". Zola va expliquer pourquoi.


2. La métamorphose bestiale

Les mineurs n’ont même plus de visage. Il n’y a plus que des mâchoires. Le champ lexical des animaux est bien là "mâchoire", "bête fauve" et "galopait". Il y a une incohérence entre ces derniers mots. Cela introduit une dimension fantastique renforcée par la description du paysage basée sur la monochromie du rouge, la couleur du sang. On a en effet trois allusions au sang dus au coucher du soleil qui signifie la mort d’une classe, la fin des bourgeois. Mais tout ceci est du domaine de l’hallucination, "la route sembla", on entre dans l’imaginaire de Zola.


3. L’exultation

On s'intéresse au commentaire des filles Deunelin "Oh superbe" qui semble paradoxal. D’après l’auteur, elles s’extasient certainement du coucher de soleil. Mais cette translation du laid en beau vient peut-être du propre commentaire de Zola sur sa description. Car il a été fasciné par la mort et le renouveau.





Conclusion

    Zola s’écarte de son rôle naturaliste et y introduit le mythe du peuple et une dimension fantastique pour donner une âme à cet extrait. Son but est bien de faire frissonner les bourgeois.

Retourner à la page sur Germinal !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette analyse sur le chapitre 5 de la cinquième partie de Germinal de Zola