Germinal

Emile Zola

Quatrième partie chapitre 1

De "Comme on attaquait ..." à "...qui s'aggravait depuis dix-huit mois "





Plan de la fiche sur le chapitre 1 de la quatrième partie de Germinal de Zola :
Introduction
Lecture du texte
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    Cet extrait se situe au chapitre 1 de la quatrième partie de Germinal, publié en 1885. Ce roman de Emile Zola évoque les luttes sociales de la fin du Second Empire auxquelles s'ajoutent les événements de 1880 et 1884 (révoltes des mineurs).

Germinal - Zola



Lecture du texte

    " Comme on attaquait les hors-d'oeuvre, elle reprit avec un sourire :
    " Vous m'excuserez, je voulais vous donner des huîtres... Le lundi, vous savez qu'il y a un arrivage d'Ostende à Marchiennes, et j'avais projeté d'envoyer la cuisinière avec la voiture... Mais elle a eu peur de recevoir des pierres... "
    Tous l'interrompirent d'un grand éclat de gaieté. On trouvait l'histoire drôle.
    " Chut dit M. Hennebeau contrarié, en regardant les fenêtres, d'où l'on voyait la route. Le pays n'a pas besoin de savoir que nous recevons, ce matin.
    - Voici toujours un rond de saucisson qu'ils n'auront pas ", déclara M. Grégoire.
    Les rires recommencèrent, mais plus discrets. Chaque convive se mettait à l'aise, dans cette salle tendue de tapisseries flamandes, meublée de vieux bahuts de chêne. Des pièces d'argenterie luisaient derrière les vitraux des crédences ; et il y avait une grande suspension en cuivre rouge, dont les rondeurs polies reflétaient un palmier et un aspidistra, verdissant dans des pots de majolique'. Dehors, la journée de décembre était glacée par une aigre bise du nord-est. Mais pas un souffle n'entrait, il faisait là une tiédeur de serre, qui développait l'odeur fine d'un ananas, coupé au fond d'une jatte de cristal.
    " Si l'on fermait les rideaux ? " proposa Négrel, que l'idée de terrifier les Grégoire amusait.
    La femme de chambre, qui aidait le domestique, crut à un ordre et alla tirer un des rideaux. Ce furent, dès lors, des plaisanteries interminables on ne posa plus un verre ni une fourchette, sans prendre des précautions ; on salua chaque plat, ainsi qu'une épave échappée à un pillage, dans une ville conquise ; et, derrière cette gaieté forcée, il y avait une sourde peur, qui se trahissait par des coups d'oeil involontaires jetés vers la route, comme si une bande de meurt-de-faim eût guetté la table du dehors.
    Après les oeufs brouillés aux truffes, parurent des truites de rivière.
    La conversation était tombée sur la crise industrielle, qui s'aggravait depuis dix-huit mois. "

Germinal - Emile Zola - Quatrième partie - chapitre 1




Annonce des axes

Axes de lecture : formuler une hypothèse sur le sens du texte :

I. Le paradis de la classe bourgeoise
II. La satire des bourgeois



Commentaire littéraire

I. Le paradis de la classe bourgeoise


II. La satire des bourgeois






Conclusion

      Dans cet extrait de Germinal, la critique de la bourgeoisie est mise en scène par la description de l'intérieur cossu et par l'évocation des caractères et des attitudes des convives. Zola utilise l'ironie, impression que les caractères des personnages sont creux. La critique prend sa force de l'opposition des deux classes avec des descriptions. Le lecteur prend du côté des mineurs.

Retourner à la page sur Germinal !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Claire pour cette analyse sur le chapitre 1 de la quatrième partie de Germinal de Zola