Bel-Ami

Guy de Maupassant

Première partie, chapitre 8

De "Il détourna les yeux..." à "...au fond de soi."





Plan de la fiche sur Bel-Ami - Première partie, chapitre 8 - de Maupassant :
Introduction
Lecture du texte
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    Georges Duroy s'est rendu dans la "villa jolie" à Cannes où l'a appelée d'urgence Mme Forestier bouleversée par l'agonie de son mari. D'abord hanté par le néant, le jeune homme s'installe avec Madeleine dans la chambre funèbre pour veiller le corps du défunt. Mais la présence de la jeune femme transforme l'atmosphère.


Lecture du texte


   Il détourna les yeux pour ne plus regarder le cadavre.
   Mme Forestier, la tête baissée, semblait songer aussi à des choses douloureuses. Ses cheveux blonds étaient si jolis sur sa figure triste, qu'une sensation douce comme le toucher d'une espérance passa dans le coeur du jeune homme. Pourquoi se désoler quand il avait encore tant d'années devant lui ?
   Et il se mit à la contempler. Elle ne le voyait point, perdue dans sa méditation. Il se disait : "Voilà pourtant la seule chose de la vie : l'amour ! tenir dans ses bras une femme aimée ! Là est la limite du bonheur humain."
   Quelle chance il avait eue, ce mort, de rencontrer cette compagne intelligente et charmante. Comment s'étaient-ils connus ? Comment avait-elle consenti, elle, à épouser ce garçon médiocre et pauvre ? Comment avait-elle fini par en faire quelqu'un ?
   Alors il songea à tous les mystères cachés dans les existences. Il se rappela ce qu'on chuchotait du comte de Vaudrec qui l'avait dotée et mariée, disait-on.
   Qu'allait-elle faire maintenant ? Qui épouserait-elle ? Un député, comme le pensait Mme de Marelle, ou quelque gaillard d'avenir, un Forestier supérieur ? Avait-elle des projets, des plans, des idées arrêtées ? Comme il eût désiré savoir cela ! Mais pourquoi ce souci de ce qu'elle ferait ? Il se le demanda, et s'aperçut que son inquiétude venait d'une de ces arrière-pensées confuses, secrètes, qu'on se cache à soi-même et qu'on ne découvre qu'en allant fouiller au fond de soi.

Extrait du chapitre 8 de la partie 1 - Bel-Ami - Maupassant




Annonce des axes

I. Duroy impressionné et séduit par Madelaine
1. Le novice impressionné
2. Duroy est séduit

II. Duroy rêve de conquérir Madeleine
1. Egocentrisme
2. La soif de conquête et de réussite



Commentaire littéraire

I. Duroy impressionné et séduit par Madelaine

1. Le novice impressionné

    Pour lui, Mme Forestier est une femme d'esprit supérieur: il admire ses capacités intellectuelles ("Quelle chance il avait eu ce mort, de rencontrer cette compagne intelligente et charmante"). C'est grâce à son talent et à sa riche personnalité, qu'elle a su promouvoir son mari ("Comment avait elle finit par en faire quelqu'un") et recevoir les faveurs du compte de Vautrec.
    C'est une femme indépendante qui mène sa vie d'une main de fer (= elle décide par elle-même. "Qu'allait elle faire maintenaient" et "avait-elle des projets").
    Cette femme d'action et de pouvoir a d'autres atouts : elle est ravissante.


2. Duroy est séduit

    Il admire les qualités physiques de la jeune femme, il contemple ses cheveux et l'effet produit sur son visage ("ses cheveux blonds étaient si jolis sur sa figure triste").
    La douleur de Madeleine n'est perçue que d'un point de vue esthétique (cette douleur la rend plus belle) et non d' un point de vue "humain".
    Il confond l'amour avec le désir et le plaisir.
    Duroy découvre au fond de lui dans son subconscient qu'il est admiré par Madeleine ("il s'aperçut que son inquiétude venait d'une de ces arrière pensées, confuses, secrètes...").

Très ému par cette belle femme veuve, le jeune homme en arrive par déduction à penser la conquérir.


II. Duroy rêve de conquérir Madeleine

1. Egocentrisme

    Duroy n'éprouve pas de respect pour Mr Forestier qui vient de mourir après une agonie très douloureuse. Il ne l'évoque que pour le comparer à la brillante Mme Forestier ("Comment avait-elle consentie, elle, à épouser ce garçon médiocre et pauvre").
    Cette jalousie rétro-active montre qu'il est incapable de gratitude envers son ami dévoué mais aussi qu'il établit avec sa situation actuelle. Comme il ramène tout à lui, il se demande quels avantages il pourrait tirer de la situation. Ainsi, il pense ardemment à la destinée de Mme Forestier dans son intérêt uniquement.


2. La soif de conquête et de réussite

    En s'interrogeant profondément, il découvre qu'elle pourrait bien l'épouser ("Qu'épouserait-elle... quelques gaillards d'avenir, un Forestier supérieur").
    Ces anciennes victoires amoureuses l'ont rendu confiant. La conquête, certes, est une de ses armes, mais elle se double d'un rêve de pouvoir. Le mot "député" est placé au même rang qu'un Forestier supérieur auquel il s'identifie.
    Mais surtout cette femme a su faire la fortune de Forestier. Elle a aidé Duroy à rédiger son premier article donc tout est possible ("Comment avait-elle finit par en faire quelqu'un ?"). La question montre son ambition sans scrupule envers Madeleine accablée par la mort de son mari.





Conclusion

    Ainsi, par tout un jeu de questionnement en discours indirect, Duroy, attiré par Madeleine, découvre son rôle essentiel : cette femme de talent lui permettra de s'élever dans la société. Cet extrait nous révèle également sa sécheresse de cœur envers son ami mort. On peut se demander si la chance est avec lui et s'il va pouvoir conquérir Madeleine.

Retourner à la page sur Bel-ami de Maupassant !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Christophe pour cette analyse sur Bel-Ami - Première partie, chapitre 8 - de Maupassant