Ruy Blas

Victor Hugo

Acte I, scène 1





Plan de la fiche sur la scène 1 de l'Acte I de Ruy Blas de Victor Hugo :
Introduction
Lecture du texte
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    Victor Hugo, écrivain du 19ème siècle, enfant de la révolution, est le chef de file du romantisme. Ruy Blas, drame romantique, fut écrit en 1838 et suscita un réel succès. Cette scène est la première de l’acte I.
    En quoi cette première scène de Ruy Blas est-elle une scène d’exposition ?



Lecture du texte

RUY BLAS - Victor Hugo

Acte I - Scène première – Don Salluste De Bazan, Gudiel ; par instants Ruy Blas.


Don Salluste.
Ruy Blas, fermez la porte, – ouvrez cette fenêtre.
Ruy Blas obéit, puis, sur un signe de don Salluste,
il sort par la porte du fond. Don Salluste va à la fenêtre.

Ils dorment encor tous ici, – le jour va naître.
Il se tourne brusquement vers Gudiel.
Ah ! C'est un coup de foudre ! ... – oui, mon règne est passé,
Gudiel ! – renvoyé, disgracié, chassé ! –
Ah ! Tout perdre en un jour ! – l'aventure est secrète
Encor, n'en parle pas. – oui, pour une amourette,
– Chose, à mon âge, sotte et folle, j'en convien ! –
Avec une suivante, une fille de rien !
Séduite, beau malheur ! Parce que la donzelle
Est à la reine, et vient de Neubourg avec elle,
Que cette créature a pleuré contre moi,
Et traîné son enfant dans les chambres du roi ;
Ordre de l'épouser. Je refuse. On m'exile.
On m'exile ! Et vingt ans d'un labeur difficile,
Vingt ans d'ambition, de travaux nuit et jour ;
Le président haï des alcades de cour,
Dont nul ne prononçait le nom sans épouvante ;
Le chef de la maison de Bazan, qui s'en vante ;
Mon crédit, mon pouvoir ; tout ce que je rêvais,
Tout ce que je faisais et tout ce que j'avais,
Charge, emplois, honneurs, tout en un instant s'écroule
Au milieu des éclats de rire de la foule !

Gudiel.
Nul ne le sait encor, monseigneur.

Don Salluste.
Mais demain !
Demain, on le saura ! – nous serons en chemin.
Je ne veux pas tomber, non, je veux disparaître !
Il déboutonne violemment son pourpoint.
– Tu m'agrafes toujours comme on agrafe un prêtre,
Tu serres mon pourpoint, et j'étouffe, mon cher ! –
Il s'assied.
Oh ! Mais je vais construire, et sans en avoir l'air,
Une sape profonde, obscure et souterraine !
Chassé ! –
Il se lève.

Gudiel.
D'où vient le coup, monseigneur ?

Don Salluste.
De la reine.
Oh ! Je me vengerai, Gudiel ! Tu m'entends.
Toi dont je suis l'élève, et qui depuis vingt ans
M'as aidé, m'as servi dans les choses passées,
Tu sais bien jusqu'où vont dans l'ombre mes pensées,
Comme un bon architecte, au coup d'oeil exercé,
Connaît la profondeur du puits qu'il a creusé.
Je pars. Je vais aller à Finlas, en Castille,
Dans mes états, – et là, songer ! – pour une fille !
– Toi, règle le départ, car nous sommes pressés.
Moi, je vais dire un mot au drôle que tu sais.
À tout hasard. Peut-il me servir ? Je l'ignore.
Ici jusqu'à ce soir je suis le maître encore.
Je me vengerai, va ! Comment ? Je ne sais pas ;
Mais je veux que ce soit effrayant ! – de ce pas
Va faire nos apprêts, et hâte-toi. – silence !
Tu pars avec moi. Va.
Gudiel salue et sort. – don Salluste appelant.
– Ruy Blas !

Ruy Blas, se présentant à la porte du fond.
Votre excellence ?

Don Salluste.
Comme je ne dois plus coucher dans le palais,
Il faut laisser les clefs et clore les volets.

Ruy Blas, s'inclinant.
Monseigneur, il suffit.

Don Salluste.
Écoutez, je vous prie.
La reine va passer, là, dans la galerie,
En allant de la messe à sa chambre d'honneur,
Dans deux heures. Ruy Blas, soyez là.

Ruy Blas.
Monseigneur,
J'y serai.

Don Salluste, à la fenêtre.
Voyez-vous cet homme dans la place
Qui montre aux gens de garde un papier, et qui passe ?
Faites-lui, sans parler, signe qu'il peut monter.
Par l'escalier étroit.
Ruy Blas obéit. Don Salluste continue
en lui montrant la petite porte à droite.

– avant de nous quitter,
Dans cette chambre où sont les hommes de police,
Voyez donc si les trois alguazils de service
Sont éveillés.

Ruy Blas. Il va à la porte, l'entr'ouvre et revient.
Seigneur, ils dorment.

Don Salluste.
Parlez bas.
J'aurai besoin de vous, ne vous éloignez pas.
Faites le guet afin que les fâcheux nous laissent.

Entre don César De Bazan. Chapeau défoncé. Grande cape déguenillée
qui ne laisse voir de sa toilette que des bas mal tirés et des souliers crevés.
Épée de spadassin.
Au moment où il entre, lui et Ruy Blas se regardent
et font en même temps, chacun de son côté, un geste de surprise.

Don Salluste, les observant, à part.
Ils se sont regardés ! Est-ce qu'ils se connaissent ?
Ruy Blas sort.




Don Salluste
Costume pour Don Salluste



Annonce des axes

I. Présentation de l’espace
II. Présentation du personnage principal : Don Salluste
III. La scène informe



Commentaire littéraire

I. Présentation de l’espace

On découvre l’espace grâce à la première didascalie : - Palais royal = tragédie classique
- Espace clos et immense
- Impression de luxe
- Objet et divers paquets = préparation de voyage
Couleurs dominantes : rouges et noir, tissus précieux

Don Salluste = titre de l’acte
Ruy Blas = titre de l’œuvre
Ces deux personnages forment un couple antithétique car ils s’opposent.

On découvre l’espace à travers les allées et venues des personnages. Il est très vaste : - Ruy Blas est vers la porte du fond
- Don Salluste est à la fenêtre
- Ruy Blas part de la porte du fond, va à la fenêtre puis vers la petite porte de droite
- Don César entre.
Tout cela se fait dans le silence (vers 56) « faites lui sans parler le signe qu’il peut monter », et le secret (vers 59/60) « parlez bas, j’aurai besoin ce vous, ne vous éloignez pas ».
Ca se passe tôt le matin (vers 2) « ils dorment encore tous ici, le jour va naître » = lors du sommeil de la cour = préparatifs secrets, mystères (vers5 et 6) « l’aventure et secrète encore n’en parle pas », (vers 23) « nul ne le sait encore monseigneur », (vers 61) « fait le guet », silence (vers45) « silence ! »…
= large espace fastueux
Arrivée silencieuse de la reine par une entrée dérobée = passage secret (vers 50).


II. Présentation du personnage principal : Don Salluste

Don Salluste monopolise la parole, c’est comme s’il était presque seul.

Vers 1 : « fermez la porte » = ordre. Tout de suite on se rend compte que Ruy Blas est le laquais. Mais le lecteur peut se demander comment se fait-il que Ruy Blas est le titre de l’œuvre alors que ce n’est qu’un laquais ?

- vers 46 « tu pars avec moi »
- vers 52 « Ruy Blas soyez là »
- vers 53 « voyez vous… »
= autorité de Don Salluste. Il a des hommes sous son bras, sous son service.

- « tu pars avec moi » = pas de demande d’avis à Guidel
- Ruy Blas dit être disponible

- Vers 16 à 20, Don Salluste se présente lui-même = scène d’exposition. Il place et déplace les personnages

- « 20 ans arrivé »
Fier être détesté
Blason = statut social

- Vers 42 : « ici jusqu’à ce soir, je suis le maître encor » résume la maîtrise des lieux, du temps, et des actions = maîtrise du discours, de l’espace et du temps.

- En apparence, Don Salluste semble être quelqu’un d’imperturbable mais il fait part de ses émotions surtout dans les didascalies par des gestes et des mouvements désordonnés (vers 26/27) « il déboutonne violemment son pourpoint).

- Monologue = exclamations, suspensions = ces ponctuations sont expressives

- niveau de langue divers = « donzelle » = familier, « 20ans de labeur difficiles »= soutenu

- Don Salluste a séduit la jeune fille qui a eut un enfant et qui veut se marier donc il veut partir pour l’asile.

- puissance mais tout en un instant s’écroule au milieu de la foule = thème de chute


III. La scène informe

Informe sur la relation entre les personnages, sur le statut social de l’émetteur (vers 16 à 20), sur la raison de sa disgrâce (vers 6 « oui pour une amourette, une fille de rien » = vers court, phrases qui résument le conflit), informe sur la responsable de ce changement (vers 30 chassé, vers 31 par la reine)
Informe sur les préparatifs secrets d’un départ (vers 25 « je ne veux pas tomber, non je veux disparaître, », vers39 « toi, règle le départ…. » Vers 45 « tu vas faire nos apprêts » + didascalies.

- voit aussi l’ébauche du plan à venir
(Vers 40/41) = complet
(Vers 5/52) = met en place un plan

- vers 43/44, informe sur la volonté de vengeance de Don Salluste
Vers 28/29 = image du gouffre = métaphore du cachot.
- scène pour comprendre la suite, voit vengeance de Don Salluste, on sait qu’il avait un passé glorieux, mais il a un avenir menaçant

Métaphore de la mine, de la fosse = chute (spécialité de Hugo).

- Cause de disgrâce = fille = histoire d’amour que l’œuvre Ruy Blas se plait à pervertir
Défauts = ne pas aimer et mépriser celle qu’il a conquise

- Il est grotesque quand il est en colère.

Don Salluste parviendra t-il à se venger ? = attente du lecteur.





Conclusion

    Cette scène de Ruy Blas remplit une fonction psychologique, elle présente le caractère de Don Salluste. C’est une scène qui lance l’action en annonçant la vengeance d’un puissant contre la reine d’Espagne.

Retourner à la page sur Ruy Blas !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Elodie pour cette analyse de la scène 1 de l'Acte I de Ruy Blas de Victor Hugo