Quand vous serez bien vieille

Pierre de Ronsard - Sonnets pour Hélène (1578)






Plan de la fiche sur Quand vous serez bien vieille de Ronsard :
Introduction
Texte
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

    Pierre de Ronsard (1524-1585) est un poète français qui anima le groupe de la Pléiade et fut notamment l'auteur de sonnets amoureux et d'une épopée, la Franciade.

Biographie de Pierre de Ronsard

    Ce sonnet "Quand vous serez bien vieille" est extrait du recueil Sonnets pour Hélène publié en 1578. Ce sonnet en alexandrins s'adresse à Hélène de Surgères. Quand il l'écrit, Ronsard est déjà un poète célèbre.
Dans ce sonnet, Ronsard veut séduire Hélène en lui peignant les conséquences qu'aurait un refus de sa part à ses avances amoureuses.

Ronsard
Pierre de Ronsard




Lecture du poème


Télécharger Quand vous serez bien vieille - de Ronsard en version audio (clic droit - "enregistrer sous...")
Lu par René Depasse - source : litteratureaudio.com

Quand vous serez bien vieille


Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz chantant mes vers, en vous émerveillant :
"Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle."

Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et fantôme sans os
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578



Annonce des axes

I. Originalité de la demande amoureuse
1. Une image peu flatteuse de la femme courtisée
2. La précision de la scène
3. La nostalgie
4. Une image flatteuse du poète

II. La célébration de la poésie
1. Une invitation au carpe diem
2. Une mort très douce du poète
3. L'éloge de sa poésie




Commentaire littéraire

I. Originalité de la demande amoureuse

1. Une image peu flatteuse de la femme courtisée

- Nombreux verbes au futur : Ronsard dépeint ce que sera Hélène quand elle sera vieille.
- Insistance sur la vieillesse : « bien vieille » -> cruauté du poète de présenter de cette façon la jeune femme.
- Beauté qui apparaît seulement à l'imparfait : passé.
- L'attitude d'Hélène face à Ronsard est regrettée (dédain face à l'amour offert).
- Vieillesse faite de souvenirs mélancoliques, Ronsard met Hélène dans sa situation future.
- Hélène est occupée par des tâches ménagères peu nobles « dévidant et filant ».
- De nombreux participes présents pour évoquer le caractère long et monotone des activités de Hélène quand elle sera vieille. L'assonance en [an], particulièrement audible dans le premier quatrain, ralentit la lectudre du poème montrant ainsi la monotonie de la vie d'Hélène.

2. La précision de la scène

- Circonstances : « au soir, à la chandelle ». Le soir évoque la fin de la vie d'Hélène au même titre que la fin de la journée.
- Évolution vers la familiarité « bien vieille » -> « une vieille » caractéristique unique.
- « Assise » -> « accroupie » : écho entre les vers.
- Rythme rapide remplace rythme cadencé.
- Seule avec une vie monotone (vers coupés à l'hémistiche, vie réglée).

3. La nostalgie

- thème de la fuite du temps.
- Sa beauté n'est pas énoncée au présent pour renforcer son caractère fugitif et donner à la poésie un caractère obligatoire.
- « belle » rime avec « chandelle » -> même caractère éphémère, et fragile.

4. Une image flatteuse du poète

- Ronsard est présent autant qu'Hélène en terme de nombre de vers.
- Présenté mort et non dans la vieillesse, mais très présent dans le poème grâce aux pronoms personnels à la première personne (je, mon…).
- Son nom est cité 2 fois contrairement à Hélène.
- Hélène est mise en valeur par la célébrité de Ronsard, on retrouve son orgueil.
- Référence à la mythologie grecque « ombres myrteux ».
-> Caractère narcissique du poète.


II. La célébration de la poésie

1. Une invitation au carpe diem

- Contrairement à bien des poésies, celle-ci peut s'interpréter comme une invitation à profiter de l'instant présent (carpe diem). Ainsi le dernier tercet apparaît comme une sorte de morale.
- Injonctions à profiter des instants présents, et donc implicitement à céder aux avances de Ronsard : « Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain ». Invitation à cueillir « les roses de la vie » = céder à la demande amoureuse de Ronsard, car sinon Hélène le regrettera quand elle sera vieille.
- La rose est le symbole de la beauté de laquelle il faut profiter : très belle, puis elle se fane rapidement.

2. Une mort très douce du poète

- Il apparait comme un fantôme encore au cœur des mémoires tandis qu'Hélène est « accroupie ».
- Tout le monde pense encore à lui « Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle… qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant ».

3. L'éloge de sa poésie

- Ronsard fait l'éloge de sa poésie : « chantant mes vers », « émerveillant ».
- Hélène sera louangée par les servantes uniquement parce qu'elle aura fait l'objet d'une poésie de Ronsard.
- Ainsi grâce à la poésie de Ronsard, Hélène accède à une sorte d'immortalité. « belle », dernier mot du premier quatrain, rime avec « immortelle » dernier mot du second quatrain. Par leur position, ces deux mots sont mis en exergue.


Conclusion

    Dans ce sonnet Quand vous serez bien vieille, Ronsard utilise une stratégie de séduction originale  par un portrait peu élogieux d'Hélène, le poète tente de la séduire. Il en profite pour faire son propre éloge, afin de convaincre Hélène.

    Paradoxalement, dans cette poésie dans laquelle Ronsard souligne le caractère éphémère de la beauté de Hélène, il immortalise Hélène grâce à la poésie.
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Thibaut pour cette analyse sur Quand vous serez bien vieille de Ronsard