Le Premier homme

Albert Camus

Chapitre 2 : Saint Brieuc

De "Il revoyait sa vie folle..." à "...Il pouvait."




Plan de la fiche sur le chapitre 2 de Le Premier homme de Albert Camus :
Introduction
Texte étudié
Annonce des axes
Commentaire littéraire
Conclusion


Introduction

     Le Premier homme, manuscrit de l’autobiographie de Albert Camus (1913 - 1960), fut retrouvé le 4 janvier 1960 lors de son accident de voiture. C’est une œuvre écrite d’un seul jet et publiée sans retouche ni correction en 1994 par Catherine Camus. Le Premier homme est donc une autobiographie ou une autofiction inachevée. Cette œuvre se propose de reconstituer une famille bien réelle, celle des Camus, à travers des personnages aux identités fictives.
     Quarante ans après, le narrateur va se recueillir sur la tombe de son père à Saint Brieux. C’est l’occasion de rencontrer Henri Cormery, mort pour la France à la bataille de la Marne. Jacques fait le bilan de sa vie et s’aperçoit qu’il ne sait presque rien de celui qui l’a engendré.


Texte étudié

    Il revoyait sa vie folle, courageuse, lâche, obstinée et toujours tendue vers ce but dont il ignorait tout, et en vérité elle s’était tout entière passée sans qu’il ait essayé d’imaginer ce que pouvait être un homme qui lui avait donné justement cette vie pour aller mourir aussitôt sur une terre inconnue de l’autre côté des mers. À vingt-neuf ans, lui-même n’était-il pas fragile, souffrant, tendu, volontaire, sensuel, rêveur, cynique et courageux. Oui, il était tout cela et bien d’autres choses encore, il avait été vivant, un homme enfin, et pourtant il n’avait jamais pensé à l’homme qui dormait là comme à un être vivant, mais comme à un inconnu qui était passé autrefois sur la terre où il était né, dont sa mère lui disait qu’il lui ressemblait et qui était mort au champ d’honneur. Pourtant ce qu’il avait cherché avidement à savoir à travers les livres et les êtres, il lui semblait maintenant que ce secret avait partie liée avec ce mort, ce père cadet, avec ce qu’il avait été et ce qu’il était devenu et que lui-même avait cherché bien loin ce qui était près de lui dans le temps et dans le sang. À vrai dire, il n’avait pas été aidé. Une famille où l’on parlait peu, où on ne lisait ni n’écrivait, une mère malheureuse et distraite, qui l’aurait renseigné sur ce jeune et pitoyable père ? Personne ne l’avait connu que sa mère qui l’avait oublié. Il en était sûr. Et il était mort inconnu sur cette terre où il était passé fugitivement, comme un inconnu. C’était à lui à se renseigner sans doute, à demander. Mais celui qui, comme lui, n’a rien et veut le monde entier, il n’a pas assez de toute son énergie pour s’édifier et conquérir ou comprendre le monde. Après tout, il n’était pas trop tard, il pouvait encore chercher, savoir qui était cet homme qui lui semblait plus proche maintenant qu’aucun être au monde. Il pouvait…

Albert Camus - Le Premier homme- Extrait du chapitre 2




Annonce des axes

I. Le père, cet inconnu
1. Informations très minces sur son père
2. Famille incapable de lui faire connaître son père

II. La quête du père
1. Bilan d’une vie
2. La quête du père



Commentaire littéraire

I. Le père, cet inconnu

1. Informations très minces sur son père

• C’est grâce à son père qu’il est là.
• Il ne sait presque rien de son père, à part quelques détails transmis par sa mère : il ressemble à son père, qui est mort sur le champ de bataille.
• Il est mort sur une terre inconnue (la France) de l’autre côté des mers (Méditerranée). Loin de l’Algérie, de là où il est né.
• Quand il parle de son père, il dit l’homme et utilise des pronoms « cette ».
• Répétition quatre fois du mot « inconnu » en adjectif ou en nom.
• Distanciation entre le père et le fils.
• Absence de lien entre les deux. C’est un étranger.

2. Famille incapable de lui faire connaître son père

• C’est une famille où l’on ne parle pas -> analphabète
• Difficulté à s’exprimer.
• Référence au passage où il interroge sa mère.
• Une mère enfermée dans sa tristesse qui ne se souvient pas de son passé.
• Il ne peut pas compter sur sa famille, ni sur personne d’autre « Il n’avait pas été aidé »
• Sur la tombe de son père, il réalise qu’il doit se débrouiller seul pour connaître son père. Il est conscient qu’il y a une démarche à faire.


II. La quête du père

1. Bilan d’une vie

• « Une vie folle, lâche… » Accumulation d’adjectifs qui s’opposent parfois. Cela montre les paradoxes d’une existence.
• Il recherche inconsciemment des informations sur son père, mais d’un autre côté il n’arrive pas à l’imaginer.
• Il note les points communs à l’âge de 29 ans. Il essaye de dire qu’ils ont senti les mêmes choses « fragile, volontaire, sensuelle »
• Il aurait du le voir comme un homme et non comme un inconnu.
• Cette soif de connaissance est due au secret de son existence.

2. La quête du père

• Démarche personnelle « c’était à lui de se renseigner »
• Quête difficile et exigeante. Volonté de connaissance.
• Champ lexical de la volonté « veut, énergie, comprendre, conquérir ».
• Construction de la personnalité de son père un peu tardive mais possible.





Conclusion

     Ce texte est un passage clef de Le premier homme. Camus veut connaître son père et est prêt à faire cette démarche. Il commence à ressentir ce lien père-fils. Soucieux de connaître son passé, il entreprend une œuvre autobiographique.

Retourner à la page sur Le Premier homme - de Camus !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2016 !
Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette analyse sur le chapitre 2 de Le Premier homme de Albert Camus