Le Misanthrope

Acte II, Scène IV - Portraits de Cléon et Damis.

Molière

Introduction


    Tout le monde fait des portraits (cf. Acte I, Sc.I à Alceste qui dépeint l’homme avec qui il a un procès, et Philinte qui s’occupe de la Vieille Emilie). Nous avons appris qu’Alceste aime une coquette (ce qui est contraire par rapport à son caractère), et deux marquis (Clitandre & Acaste) sont arrivés à nous allons avoir une galerie de portraits successifs, et le jeu consiste à lancer un nom à Célimène pour que Célimène dresse un portrait sur le défaut du personnage. Vient le portrait de Cléon, lancé par Clitandre. Phlinte pense que cela va être dur de dresser un portrait de lui car tout le monde en dit du bien…

Plan

I - Portrait de Cléon.
II - Portrait de Damis.

Etude

I - Portrait de Cléon.

    Célimène à il n’a aucun mérite, tout en revient à son cuisinier (métaphore filée cuisine/personnage). Il est sot (il n’a pas de jugement favorable sur quiconque) et il est plutôt gênant qu’autre chose aux repas qu’il donne.

II - Portrait de Damis.

- 2ème personnage à la tournure positive : Damis.
Célimène à« il est de mes amis » (donc si elle l’apprécie cet homme doit être très bien). Philinte se permet donc un jugement positif sur lui, mais Célimène ne veut pas que l’on fasse des portraits à sa place… Elle va alors dresser son portrait (« oui, mais… ») mais aussi celui d’Alceste.

- Il veut avoir trop d’esprit, et elle est jalouse (« dont j’enrage ») à il peut lui être supérieur.

- Il a de l’esprit mais ce n’est pas spontané et véritable chez lui : ce n’est pas naturel et cela résulte de son labeur. De plus, il est difficile (comme elle, étant donné qu’elle ne dresse que des portraits péjoratifs).

- Elle se condamne elle-même : louer n’est pas d’un bel-esprit (c’est faux, cela résulte d’un esprit critique).

- Il contredit tout (comme elle et Alceste), il a toujours l’opinion contraire.

- Défauts dont elle accuse Damis à défauts reprochés au bel-esprit par Alceste.

- « Je veux qu’on me distingue » (Alceste, Acte I Sc.I) à un défaut de Damis : l’orgueil.

- Alceste : 4 derniers vers à c’est lui tout craché, mais aussi Célimène : ils se sentent supérieurs à tout le monde. On a donc un triple portrait : les trois ont les mêmes défauts :

• esprit contrariant
• sentiment de supériorité
• fait de ne pas considérer ce qu’il y a de bon chez les autres.

Conclusion

    Alceste va alors réagir (il s’est senti visé) après les futiles flatteries des petits marquis, avec un langage direct et très clair. Célimène s’est pris à son propre jeu en voulant dresser des portraits, mais a aussi esquissé les défauts d’Alceste par la même occasion…




Retourner à la page sur Le Misanthrope !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français !

Merci à celui ou celle qui m'a envoyé cette fiche...