Dialogues philosophiques

Voltaire

André Destouches à Siam





Introduction :

Auteur : Voltaire (1694-1778). Un des philosophes les plus actifs (Oeuvres importantes : Zadig, Candide, Micromégas).

Œuvre : Dialogue philosophique. Deux interlocuteurs : Destouches le musicien français et Croutef. Le premier, par ses questions habiles, fait avouer au second ce qu'il devrait taire. Pascal avait utilisé ce principe dans les Provinciales.

Extrait : André Destouches à Siam : critique du philosophe de la "mauvaise organisation de la justice".


Lecture du texte

Structure du texte :

Trois aspects de la justice sont abordés tour à tour grâce aux remarques de Destouches:

  1. lignes 1 à 12 --> La jurisprudence. Arsenal des lois de la justice.
  2. lignes 13 à 40 --> La juridiction criminelle. Peines décidées par les juges.
  3. lignes 41 à 50 --> L'accession à la magistrature

Annonce de la méthode d'explication : Lecture linéaire

I- La jurisprudence :

  1°- 1 à 2 - la question : ton de flatterie, tonalité laudative pour mettre en confiance Croutef.
  2°- 3 à 5 - la réponse : lumière sur une tare française : pas de lois donc paradoxe pour la jurisprudence.
  3°- 5 à 9- justification : Croutef se justifie par la coutume. L'ironie de Voltaire se donne libre cour.

ironie :





  • la forme : aberration et incohérence de Croutef.
  • le fond : ce que Voltaire reproche :
       - Le hasard considéré comme garantie de sagesse.
       - Le caractère changeant des coutumes.
       - L'arbitraire total de la décision des juges.
  4°- 10 à 12 : Croutef tend à montrer que chacun y trouve son compte
     amertume profonde de Voltaire sous l'ironie (cf. Jean Calas qui était un plaideur de bonne fois)


II- La juridiction criminelle :

  1°- 13 à 17 : Absence de lois criminelles donc arbitraire de la justice
  question : "des lois constantes ? "
  réponse : non " fantaisie " et " arbitraire " mais Destouches reste imperturbable (ironie " cela est juste ") afin d'encourager son interlocuteur.
  2°- 18 à 28 : usage de la question (torture) : ce qui révolte le plus Voltaire :
       - sadisme " grand plaisir "
       - confiance accordée à de telles procédures.
       - torture contraire à la justice grâce à un aveu innocent.
  3°- 30 à 34 : les biens des condamnés : attaque religieuse. Voltaire dénonce le dogme de la Chute Originelle.


III-L'accession à la magistrature :

Dénonciation de la vénalité des charges.
Ton oratoire pour mettre en relief la nécessité absolue :
      - de la science juridique
      - de talent oratoire
      - des qualités de l'esprit et du cœur




Conclusion :

Forme : vivacité du style et qualité d'ironie sont présent dans les Dialogues Philosophiques.
But : faire ressortir, par l'ironie, l'indignation réelle de Voltaire.
Fond : les critiques portent sur :
   - l'absence des lois fixes contrairement aux anglais (" Habeas Corpus ") à qui Voltaire rend hommage.
   - l'arbitraire des décisions
   - l'usage de la question
   - la vénalité des charges




Retourner à la page principale sur l'oral du bac de français !


Merci à Julie qui m'a envoyé cette fiche...