Biographie de Chateaubriand



CHATEAUBRIAND, François-René, vicomte de
(Saint-Malo, 4 septembre 1768 - Paris, 4 juillet 1848), écrivain et homme politique français.

Chateaubriand



Une enfance morose

Le jeune Chateaubriand dut d'abord vivre jusqu'à ses trois ans éloigné de ses parents avec un éducateur, mais à l'âge de trois ans la réussite de son père a permis à ce dernier de racheter en 1771 le château de Combourg en Bretagne, dans lequel Chateaubriand s'installa et passa une enfance souvent morose. Destiné d'abord à la carrière de marin, conformément à la tradition familiale, il était par tempérament tenté bien davantage par la prêtrise et la poésie.

Il fit de rapides études aux collèges de Dol-de-Bretagne et de Rennes. A 17 ans, il obtint un brevet de sous-lieutenant au régiment de Navarre, fut fait capitaine à 19 ans. Il vint à Paris en 1788, où il fréquenta les salons littéraires et fit ses débuts littéraires en écrivant des vers pour l'Almanach des Muses. Il est alors nourri de Corneille et marqué par Rousseau. À Paris, il assiste aux premiers bouleversements de la Révolution, est d'abord séduit par les débats d'idées mais prend en horreur les violences qu'elle engendre.


L'Exilé

En avril 1791, par goût de l'aventure, il s'embarqua pour l'Amérique et y voyagea quelques mois. Il en rapporta de volumineuses notes qui allaient nourrir ses œuvres littéraires, notamment son Voyage en Amérique (1826). Revenu à Saint-Malo au début de l'année 1792, il se maria puis, émigra et rejoignit en Allemagne l'armée contre-révolutionnaire. Blessé au siège de Thionville, il est transporté mourant à Jersey. Ce sera la fin de sa carrière militaire (1793). Il passa ensuite sept années d'exil et de misère à Londres. C'est là qu'il publia L'Essai sur les révolutions anciennes et modernes dans leur rapport avec la Révolution française (1797) où il exprimait des idées politiques et religieuses peu en harmonie avec celles qu'il professera plus tard, mais où se révélait déjà son talent d'écrivain.


Retour en France et premiers succès littéraires

Chateaubriand vers 1804
De retour en France en 1800, Chateaubriand, affecté par la mort de sa mère et de l'une de ses soeurs, se tourne vers la foi catholique dont il s'était écarté. Il fit paraître en 1801 Atala, création originale qui suscita une admiration universelle. Il composa vers la même époque René, œuvre empreinte d'une mélancolie rêveuse, qui deviendra un modèle pour les écrivains romantiques. Dans cette œuvre, il rapporte de manière à peine déguisée l'amour chaste mais violent et passionné qu'il a entretenu pour sa sœur Lucile, qui le surnommait « L'enchanteur ».
Il publia ensuite le Génie du Christianisme (1802), dont Atala et René n'étaient à l'origine que des épisodes : il s'était proposé d'y montrer que le christianisme, bien supérieur au paganisme par la pureté de sa morale, n'était pas moins favorable à l'art et à la poésie que les « fictions » de l'Antiquité. Ce livre fit événement et donna le signal d'un retour du religieux après la Révolution.

Chateaubriand devint l'écrivain de la foi et fit la connaissance de Mme Récanier qui deviendra l'amour de sa vie. Remarqué par le Premier Consul Napoléon Bonaparte, il fut nommé secrétaire d'ambassade à Rome en 1803. Mais, après l'exécution du duc d'Enghien (1804), il donna sa démission et passa alors dans l'opposition à l'Empire.

Le voyage en Orient

Deux ans plus tard, il s'embarqua avec sa famille pour l'Orient et visita la Grèce, la Turquie, Jérusalem. Au cours de ces voyages, il prit des notes pour sa prochaine oeuvre, Les Martyrs ou le triomphe de la religion chrétienne, publiée en 1809.
Il se retira dans sa maison de la Vallée-aux-Loups, près de Sceaux, où il commença Les Mémoires d'outre-tombe dont la rédaction allait durer une trentaine d'années. Il fut élu à l'Académie française en 1811, année de la publication de son Itinéraire de Paris à Jérusalem, inspiré de son voyage en Orient.

Faveur et disgrâce

Durant les Cent-Jours, Louis XVIII, réfugié en Belgique, le fit Ministre de l'Intérieur. Après le désastre de Waterloo et l'exil définitif de l'empereur à Sainte-Hélène, il devint Pair de France et Ministre d'État.

Mais, en 1816 après avoir critiqué le pouvoir, il fut privé de son poste et des revenus qui y étaient attachés, et dut vendre la Vallée-aux-Loups. Il se jeta dès lors dans l'opposition ultra-royaliste et devint l'un des principaux rédacteurs du Conservateur, le plus puissant organe de ce parti. Le meurtre du duc de Berry, en 1820, le rapprocha de la cour. Il fut nommé la même année ministre de France à Berlin, puis ambassadeur en Angleterre et Ministre des Affaires Étrangères en 1822.

La fin de sa vie

Mais après une tentative de complot avec la duchesse de Berry, contre Louis-Philippe (1834), il abandonna la vie politique. Il composa La Vie de Rancé (1844). Ses dernières années furent passées dans une profonde retraite ; il ne quittait guère sa demeure que pour aller à l'Abbaye-aux-Bois, chez Juliette Récamier, dont il fut l'ami constant et dont le salon réunissait l'élite du monde littéraire. Il reprit Les Mémoires d’outre-tombe et les continua presque jusqu'à ses derniers moments. Ces Mémoires ne devaient paraître qu'après sa mort ; toutefois, pressé par des besoins d'argent, qui l'assiégèrent toute sa vie, il les céda dès 1836 à une société qui lui assura un revenu convenable pour le reste de ses jours.

Cependant, sa santé déclinait. Chateaubriand meurt le 4 juillet 1848, à 80 ans. Ses obsèques solennelles eurent lieu à Saint-Malo, dans sa Bretagne natale. Il fut inhumé sur le rocher du Grand Bé à Saint-Malo, face à l'océan. Sur sa tombe, on peut encore lire cette épitaphe :

Un grand écrivain français
a voulu reposer ici
pour n'entendre que la mer et le vent.
Passant,
respecte sa dernière volonté.

Œuvres

Essai sur les révolutions (1797)
Atala (1801)
René (1802)
Génie du Christianisme (1802)
Les Martyrs (1809)
Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811)
De Buonaparte et des Bourbons (1814)
Les Natchez (1826)
Vie de Rancé (1844)
Mémoires d'outre-tombe, posthumes (1848). Les Mémoires d'Outre-Tombe, publiées d'abord dans le feuilleton de la Presse, ont été éditées de 1849 à 1850.


 
 Chateaubriand sur un rocher 
Chateaubriand sur un rocher

Analyse de l'œuvre
(source : www.wikipedia.fr)

Par son talent comme par ses excès, Chateaubriand peut être considéré comme le père du romantisme en France. Ses descriptions de la nature et son analyse des sentiments du moi en ont ainsi fait un modèle pour la génération des écrivains romantiques. Il a, le premier, formulé le « vague des passions » qui deviendra un lieu commun du romantisme :
« On habite, avec un cœur plein dans un monde vide ; et sans avoir usé de rien, on est désabusé de tout. » (Le Génie du Christianisme, 1802).
Sa pensée et son action politiques semblent offrir de nombreuses contradictions; il se voulait être à la fois l'ami de la royauté légitime et de la liberté, défendant alternativement celle des deux qui lui semblait être en péril :
« Je suis, a-t-il dit lui-même, bourbonien par honneur, monarchiste par raison, républicain par goût et par caractère. »
Ses détracteurs lui ont reproché un style ampoulé et une vanité excessive qui éclateraient dans ses Mémoires d'Outre-tombe.
On observe dans ses Mémoires d'outre-tombe une dualité entre le Chateaubriand personnel qui exalte ses sentiments avec un lyrisme romantique et le Chateaubriand public qui établit une chronique de mémorialiste de son époque, qui a vu l'avènement de la démocratie à laquelle il s'opposait. On remarque que tout au long de son œuvre, les deux personnages se regroupent en un seul, ils s'associent ainsi et l'on remarque que toute la vie politique de Chateaubriand fut influencée par ses sentiments personnels et sa solitude qui s'est transformée en une paranoïa et une peur à l'encontre d'un éventuel complot qu'il croyait formulé contre lui depuis qu'il fut éloigné à plusieurs reprises du pouvoir monarchique.

Victor Hugo se serait exclamé, étant enfant : « Je veux être Chateaubriand ou rien ! ».




Retourner au choix des biographies !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français !