Bel-Ami

Guy de Maupassant

Première partie, chapitre 5

De "Il donna cent sous au cocher..." à "...du nuage doré de ses rêves."





Plan de la fiche sur Bel-Ami - Première partie, chapitre 5 - de Maupassant :
Introduction
Lecture du texte
Analyse linéaire
Conclusion


Introduction

    Deux mois se sont écoulés depuis la découverte de Georges Duroy. Malgré son entrée à la Vie Française, il n'a pas encore les moyens de s'offrir un habit et il doit le louer afin de se rendre à l'invitation de Clotilde de Marelle, en compagnie de Charles et Madeleine Forestier. C'est lors du retour de cette soirée que les préliminaires de la liaison de Georges Duroy avec Clotilde de Marelle sont établis. On pourrait intituler ce passage La conquête d'une femme du monde, ou mieux encore, Tenir une femme du monde.


Lecture du texte

    Il donna cent sous au cocher et se mit à marcher devant lui, d'un pas rapide et triomphant, le cœur débordant de joie.

    Il en tenait une, enfin, une femme mariée ! une femme du monde ! du vrai monde ! du monde parisien ! Comme ça avait été facile et inattendu !

    Il s'était imaginé jusque-là que pour aborder et conquérir une de ces créatures tant désirées, il fallait des soins infinis, des attentes interminables, un siège habile fait de galanteries, de paroles d'amour, de soupirs et de cadeaux. Et voilà que tout d'un coup, à la moindre attaque, la première qu'il rencontrait s'abandonnait à lui, si vite qu'il en demeurait stupéfait.

    "Elle était grise, pensait-il ; demain, ce sera une autre chanson. J'aurai les larmes." Cette idée l'inquiéta, puis il se dit : "Ma foi, tant pis. Maintenant que je la tiens, je saurai bien la garder."

    Et, dans le mirage confus où s'égaraient ses espérances, espérances de grandeur, de succès, de renommée, de fortune et d'amour, il aperçut tout à coup, pareille à ces guirlandes de figurantes qui se déroulent dans le ciel des apothéoses, une procession de femmes élégantes, riches, puissantes, qui passaient en souriant pour disparaître l'une après l'autre au fond du nuage doré de ses rêves.

Extrait du chapitre 5 de la partie 1 - Bel-Ami - Maupassant




Analyse linéaire

1er paragraphe

Il donna cent sous au cocher et se mit à marcher devant lui, d'un pas rapide et triomphant, le cœur débordant de joie.

Il exulte, il jubile : Générosité, et rythme rapide de la phrase.
- Passé simple
- 4 groupes de longueur égale : 8 syllabes
- allitérations en [D] et en [R], qui scandent la marche de Bel-Ami.


2ème paragraphe

Il en tenait une, enfin, une femme mariée ! une femme du monde ! du vrai monde ! du monde parisien ! Comme ça avait été facile et inattendu !

5 propositions exclamatives, discours indirect libre, style relaché : "Il en tenait une, comme ça avait été facile et inattendu "
Le terme "femme" est répété : Bel-Ami veut se persuader lui-même.
"Tenir" connote le caractère arriviste de Bel-Ami.


3ème paragraphe

Il s'était imaginé jusque-là que pour aborder et conquérir une de ces créatures tant désirées, il fallait des soins infinis, des attentes interminables, un siège habile fait de galanteries, de paroles d'amour, de soupirs et de cadeaux. Et voilà que tout d'un coup, à la moindre attaque, la première qu'il rencontrait s'abandonnait à lui, si vite qu'il en demeurait stupéfait.

Bel Ami remet en cause sa méthode de séduction : "soins infinis, des attentes interminables, un siège habile fait de galanteries, de paroles d'amour, de soupirs et de cadeaux".

La méthode qu'il concevait : lente, difficile, onéreuse (Conception précieuse de l'amour) <=> Rapidité, facilité : "tout d'un coup, à la moindre attaque, la première [...] si vite".


4ème paragraphe

"Elle était grise, pensait-il ; demain, ce sera une autre chanson. J'aurai les larmes." Cette idée l'inquiéta, puis il se dit : "Ma foi, tant pis. Maintenant que je la tiens, je saurai bien la garder."

"elle était grise, je la tiens, je saurai bien la garder"
termes brutaux, mais qui traduisent son assurance et en même temps le mépris de la femme.


5ème paragraphe

Et, dans le mirage confus où s'égaraient ses espérances, espérances de grandeur, de succès, de renommée, de fortune et d'amour, il aperçut tout à coup, pareille à ces guirlandes de figurantes qui se déroulent dans le ciel des apothéoses, une procession de femmes élégantes, riches, puissantes, qui passaient en souriant pour disparaître l'une après l'autre au fond du nuage doré de ses rêves.

C'est une phrase emphatique.
"Fortune et amour" sont les deux termes culminants. Les apparitions féminines sont qualifiées d'épithètes mélioratifs. Le "nuage doré" rappelle l'argent, donc la fortune.

C'est un paragraphe prémonitoire : le lexique religieux avance le mariage à l'église de la Madeleine, à la fin du roman.





Conclusion

    Ce passage de Bel-Ami est intéressant car nous observons le personnage à un moment décisif où se dessine la nature de son comportement avec les femmes. Georges Duroy est plus dominé par l'intérêt que par l'amour. Il est méprisant à l'égard de sa conquête.

Retourner à la page sur Bel-ami de Maupassant !
Retourner à la page sur l'oral du bac de français 2017 !
Merci à Rémipour cette analyse sur Bel-Ami - Première partie, chapitre 5 - de Maupassant